Newsletter N°2 Les tests du mois de mai à PORT ILON

Rien de tel que de vivre à bord pour tester notre petit Blue Pearl. Le mois de

mai semble idéal pour cela. Après un tour d’horizon ; nous décidons de faire

nos essais à Port Ilon.

1° test Le transport et la mise a l’eau

La route ne pose aucun problème, le bateau est assez plat et n’offre pas de trop grande résistance au vent. Très stable il suit parfaitement.

Nous découvrons le site très agréable de Port Ilon qui est une base nautique non loin de Mantes-la-Jolie, très calme et en pleine nature. La cale, très dégagée, est facile d’accès. Un accueil chaleureux, bienveillant et sympathique, de larges parkings pour la remorque, tout se présente très bien.

Un petit bras d’eau permet de rejoindre la seine, c’est parfait pour les essais !

La mise à l’eau semble un peu difficile et nous comprenons que les 4 patins de moquette qui soutiennent le bateau devrons être remplacés par des galets (rouleaux) cela est prévu pour les essais de juin.

2° test : notre moteur Toorqedo

Quel bonheur que de glisser sur l’eau sans bruit. C’est encore plus étonnant et magique que l’on peut l’imaginer. L’autonomie aussi est fabuleuse. Nous redoutions de ne pas atteindre l’autonomie prévue, mais nous constatons tout l’inverse. Le tour complet de ce grand lac ne consomme que 1%, c’est incroyable. Sur le plan d’eau sans courant à 5 km heure (vitesse maximum autorisée) nous avons 170 km d’autonomie. Nous rejoignons la Seine pour affronter le courant et prendre de la vitesse. Là aussi bonne surprise, à contre-courant et a 8km/heure nous avons 70 km d’autonomie.

Nous profitons du tronçon où la vitesse est autorisée et les performances de notre moteur sont incroyables de gros rouleaux d’écume se forment à l’arrière. A cette vitesse l’autonomie réduit a vue d’oeil, il faut se calmer !

Nous sommes rassurés le moteur Cruise 10 remplit parfaitement et même audelà les promesses du constructeur. La qualité est évidente, tout est très bien conçu. Arrivé au quai, l’ordinateur gère la charge et fait sa vie pour trouver l’équilibre de charge sur les deux parcs de batteries.

3° test la vie à bord

Vivre à trois adultes (ou deux adultes et deux enfants) dans un bateau de moins de 7m était un défi. Nous avons prévu trois couchettes de 2m x70 cm chacune.

Le confort sur les épais matelas de Bultex est très bon. Les coffres (au nombre de 9) ont été équipés de charnières piano, ce qui permet d’y accéder facilement même quand les lits sont en position couchette.

Rien de plus agréable que de s’endormir face à l’eau et d’admirer le coucher du soleil la tête sur un bon oreiller de plumes.

Le cabinet de toilette offre un confort non négligeable et la petite cuisine suffit aux préparations de base.

La réserve d’eau permet de rincer la vaisselle dans notre petit évier grâce à une pompe à pied. Les eaux grises sont récupérées dans un jerrican cubique et seront évacuées au retour à la base (aucun rejet, aucune pollution).

Deux espaces sont disponibles pour diner ; à l’intérieur sur les banquettes formées par les lits en position jour, ou dehors à l’avant avec le même confort (vive le Bultex !) et grâce à la table pliable modulable.

Un salon sur l’eau pour un émerveillement permanent face au spectacle de la nature.

Si nous voyons bien dehors ; les oies et les canards voient aussi très bien que nous dinons et ne manquent pas de venir, suivis de leurs petits, pour réclamer leur part. Il faudra donc prévoir trois ou quatre fois notre besoin en pains et brioches car ces petits quémandeurs ne semblent jamais gavés.

Mise à part les galets de la remorque à améliorer, nos tests de mai sont encore plus positifs que nous ne pouvions l’espérer, la vie à bord est un enchantement, un espace ou le temps semble suspendu.

La prochaine newsletter relatera notre expérience en mer ; encore de belles découvertes en perspective !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *